Coptic SCRIPTORIUM

 

Coptic SCRIPTORIUM (Sahidic Corpus Research: Internet Platform for Interdisciplinary multilayer Methods) is a collaborative, digital project created by Caroline T. Schroeder (University of the Pacific) and Amir Zeldes (Georgetown University).

Contact us! Send an email to contact@copticscriptorium.org or add an issue to one of our repositories on GitHub.

Support for Coptic SCRIPTORIUM has been provided by:

  • The National Endowment for the Humanities Office of Digital Humanities and Division of Preservation and Access
  • The German Federal Ministry of Education and Research (BMBF; partner project KOMeT)
  • The Department of Linguistics, Georgetown University
  • The Institute for German Language and Linguistics, Humboldt University in Berlin
  • Grants from the Pacific Fund, Faculty Research Committee, College Research Fund, and Department of Religious and Classical Studies at the University of the Pacific
  • Canisius College

The Coptic SCRIPTORIUM research team includes:

  • Caroline T. Schroeder, the University of the Pacific
  • Amir Zeldes, Georgetown University
  • Elizabeth Platte, Reed College, Digital Humanities Specialist and Project Manager (2015-); editor and encoder/annotator(2013-)
  • Rebecca S. Krawiec, Canisius College, senior editor and encoder/annotator, translator (2013-)
  • Christine Luckritz Marquis, senior editor and encoder/annotator, translator (2014-)
  • So Miyagawa, University of Göttingen, editor and encoder/annotator, translator (2014-)
  • Elizabeth Davidson, Southern School of Energy and Sustainability, editor and encoder/annotator (2015-)
  • Dana Robinson, Creighton University, editor and encoder/annotator, translator (2016-)
  • Shuo Zhang, architecture and infrastructure (2015-)
  • Emma Manning, architecture and infrastructure (2016-)
  • Dave Briccetti, programmer and consultant (2015-)
  • Anthony Alcock, University of Kassel, translator (2015)
  • Janet Timbie, the Catholic University of America, editor and annotator (2013)
  • Eliese-Sophia Lincke, Humboldt University (2014-)
  • Bridget Almas, Perseus Digital Library, consultant for SCRIPTORIUM (2014-)

Advisory Board:

  • Alain Delattre, Assistant Professor, Department of Languages and Literatures, Université libre de Bruxelles; Papryi.info.
  • Eitan Grossman, Assistant Professor, Department of Linguistics and the School of Language Sciences, Hebrew University.
  • Marco Büchler, Head of the eTRAP Research Group, Institute of Computer Science, Georg-August-Universität Göttingen.
  • Maged S. A. Mikhail, Professor of History, California State University, Fullerton, and Managing Editor of Coptica, the Journal for Coptic Studies.
  • Ellen Muehlberger, Associate Professor of Near Eastern Studies and History, University of Michigan.
  • Joshua Salyers, University of the Pacific Digital Collections Librarian.
  • Laura Slaughter, Associate Professor, Centre for Scalable Data Access, Department of Informatics, University of Oslo.
  • Janet A. Timbie Adjunct Associate Professor, Department of Semitic and Egyptian Languages and Literatures, Catholic University of America.

Our logo and website brand were designed by Alison King, Assoc. Prof. of Graphic Design at the Art Institute of Phoenix and Founding Editor and Designer of Modern Phoenix.

  1. Schroeder and A. Zeldes gratefully acknowledge the following individuals and organizations for their contributions to the project:
  • The Corpus dei Manoscritti Copti Letterari (Coptic lexicon and other materials)
  • Stephen Emmel, University of Münster
  • Eric E. Johnson
  • Tito Orlandi, Ph.D., Sapienza University, Rome; the University of Hamburg
  • The ANNIS team at Humboldt University for providing so many customizations
  • David Brakke, the Ohio State University
  • Alin Suciu, Georg-August-Universität Göttingen

Partner Projects:

  • ANNIS
  • KOMeT
  • Papyri.info
  • The Göttingen Coptic Old Testament Project
  • The Database and Dictionary of Greek Loanwords in Coptic (Leipzig University, Freie Universität)
  • Diliana Atanassova, FWF Project P22641-G19 « The Canons of Apa Johnannes the Archimandrite, » University of Salzburg
  • Institut für neutestamentliche Textforschung (Münster)
  • Perseus Digital Library
  • Open Philology
  • SaltNPepper
  • Research Data Alliance (providing use cases)

Former members of our team:

  • David Sriboonreuang, University of the Pacific student, intern and project manager (2015)
  • Lauren McDermott, the University of the Pacific student; TEI encoder and HTML programmer (2013-14)
  • Alex Dickerson, the University of the Pacific, student; TEI encoder and programmer (2013)
  • Luke Hollis, Archimedes Digital, consultant and programmer for canonical referencing system (2014-2015)
  • Yanrui Liu, M.A., University of the Pacific, repository and website managment (2014-2015)
  • Edwin Ko, Georgetown University, annotation interface development (2014)

A project bibliography is available at Zotero

(Text by the organizers)

Les mots de la paix

Programme de recherche en lexicographie historique

 

Ce programme de recherche international en lexicographie historique  a pour ambition d’explorer le champ lexical de la paix dans plusieurs cultures de la Méditerranée orientale et de l’Orient pour l’Antiquité et le Moyen-Âge.

La paix, peut être entendue comme l’harmonie entre les peuples, ou la bonne entente entre les citoyens d’une ville ou d’un pays, ou bien la paix avec soi-même, soit un état de bien-être intérieur, voire un état atteint dans le cadre d’une démarche spirituelle.

Mais cette définition peut ne pas être celle de certaines cultures où les référents seront autres. Ainsi, en arabe, à l’époque médiévale, il y a peu de mot pour exprimer l’entente irénique avec l’Autre. En revanche, les notions comme l’arrêt de la guerre, le pacte, la conciliation offrent un vocabulaire très riche.

Autrement dit, nous ne travaillons pas sur un mot, mais sur un champ lexical, celui des relations non guerrières avec l’autre ou, éventuellement, avec soi.

Ces études de lexicographie historique portent sur des textes écrits en sumérien, akkadien, ougaritique, nabatéen, langues sudarabiques épigraphiques, en égyptien ancien, hébreu, copte, arabe, turc ottoman, persan, latin, grec, dans les langues de l’Anatolie hittite, en mongol, arménien, hindi, malay, sanscrit, chinois.

Les chercheurs de l’équipe examinent des textes inscrits sur différents supports (tablettes, inscriptions, papyrus, parchemin, papier…), dans divers genres littéraires (documents officiels, correspondances privées, textes littéraires ou religieux…), dans leurs co-textes (qualificatifs et déterminants laudatifs ou péjoratifs) et dans leurs contextes sociaux et historiques. Ceci pour rendre compte, sur la longue durée, des référents et des conceptions du champ lexical de la paix dans différentes épistémès.

Ces travaux donneront lieu à plusieurs ouvrages.

(Text by the organizers)

 

Conferenze nel Seminario di ricerca “Filosofia e Religione nel Tardo-Antico”, Dipartimento di Civiltà e Forme del Sapere, Università di Pisa, Via dei Mille, 19, 2o piano, aula dei seminari, Pise, Italie, 29/10/2018 :

 

“L’interazione tra filosofia e religione nella costruzione del neoplatonismo”,

Luciana Gabriela Soares Santoprete

« Oracoli e sinfonia dei saperi nella letteratura greca tardoantica: la Teosofia ‘di Tubinga' »,

Lucia Tissi

 

ConferenzaPisa2018

The Sanctuary Project

 

About the project

A programme of research funded by the award of an Anneliese Maier Prize to Professor Greg Woolf by the Alexander von Humboldt-Foundation on the nomination of Professor Dr. Jörg Rüpke of the Max Weber Center of the University of Erfurt.

Participants: Csaba Szabo – doctoral student

 

Objectives

This research programme asks how sanctuaries formed human experience and religious knowledge in the ancient world.

Specifically we aim is to establish conversations between a range of different disciplines including prehistoric and classical archaeology, social anthropology and ancient history, art history, Jewish and early Christian studies, and the history of religions.

We also aim to encourage young researchers to engage in cross-disciplinary collaborations and to familiarize themselves with other intellectual traditions. We therefore seek a double outcome:

  • A better, more rounded, set of understandings of the religious function of sanctuaries, especially in the classical world;
  • A cadre of young researchers more able to pursue and generate cross disciplinary investigations of this kind.

 

Background

Sanctuaries are common – perhaps universal – products of human societies. First attested in the Upper Paleolithic, the first sanctuaries appear at roughly the same time as evidence for ritual, art and music. As sites of material accumulation and symbolic investment they feature prominently in the archaeological record. And because they contain much of the early evidence for the cognitive activities of anatomically modern humans they have also been central to recent debates on the archaeology of mind.

Sanctuaries also have an important place in the history of religions, even if only a few studies, such as Jonathan Z. Smith’s To take place, have set them in the centre of the enquiry. By sanctuary is understood not just any site of ritual activity which in most societies was very widespread, taking place in domestic and funerary contexts, in connection with feasting and social rites of passage and so on.  Sanctuaries are rather places that are permanently special, even when no rituals are taking place. Some historically and ethnographically attested societies treat sanctuaries as places where divine beings are particularly accessible, where individual humans might encounter them in dreams, prophesies or theophanies, locations of communal ceremonial, and even as places in some sense inhabited by gods and marked by divine action.

The sanctuaries of the ancient world have received a good deal of attention from archaeologists and historians of religion. Many of these studies are focused on architectural elaborations. Some deal with sanctuaries as locations for ceremonies, stages for Festkultur and meeting places for communities. More recently studies have explored how communities come into being and reproduce themselves through the construction, elaboration and use of common sanctuaries; the connection of sanctuary building with state formation and inter-state diplomacy; and the archaeological traces of specific ritual actions.

The Sanctuary Project will build on studies of this kind but has a different focus, one that in which religious action is centred. We aim to explore the part sanctuaries played in creating the religious experience of ancient worshippers. In effect we shall ask How sanctuaries worked in ancient religious systems?

 

Intellectual underpinnings

The project is conceived of as a nexus between three bodies of research and two existing research collaborations.

  1. The work of cognitive archaeology in interpreting the role of the earliest known sanctuaries, those created in the upper Paleolithic cave systems in France and Spain. The work of Lewis-Williams, Mithen and others has drawn on the art and organization of these sanctuaries to probe issues of human cognition, of social memory and of symbolic storage. This work in turn has inspired responses building on ideas of the extended mind and distributed personhood, and the ArcCog project based at Liverpool and Nottingham. We aim to explore how these debates might illuminate and be illuminated by considerations of classical sanctuaries.
  2. Connected to this is work on object agency emerging from anthropologists including Nicholas Thomas and Alfred Gell and archaeologists such as Chris Gosden and Clive Gamble. This explores the power of images and other objects to act on humans, and can be connected with the debates over the role of images in classical sanctuaries, debates to which Mylonopolous and Gordon at Erfurt and Elsner at Oxford have made important contributions.
  3. The spatial organization of sanctuaries, marked by the contributions of John Scheid, William van Andringa and Tesse Stek provides a means of accessing routinized and ritualized action as well as the social relations established (repeatedly) between gods and humans (in the emic perspective) or human and object agents (in an etic perspective).

The two existing collaborative networks:

  1. A very new line of work on the lived experience of ancient religion, work conducted primarily in Erfurt under the leadership of Jörg Rüpke, and drawing in an international team of collaborators. This work, currently funded by an ERC grant (LAR), seeks to explore religious experience and action beginning from the perspective of human actors rather than social institutions.
  2. The CURERE network led by Dr Katell Berthelot (CNRS, Aix) and Jonathan Price (Tel Aviv) is a group of rabbinical scholars, experts in Jewish history and in classical history that meets once or twice a year to develop an interdisciplinary dialogue between these disciplines.

 

Activities

Scoping Workshop ‘Defining Sanctuaries’

A scoping workshop was held at the Max Weber Kolleg in Erfurt on 27th-28th April 2015 on the theme of defining sanctuaries. Our discussion was led by four experts each approaching the subject from a different disciplinary perspective.

(Text by the organizers)

 

Contact us

For further inquiries please contact:

Prof. Dr. Jörg Rüpke

Prof. Greg Woolf

The De Wulf–Mansion Centre carries out research in Ancient philosophy, in particular on the transformation of Platonic thought in late Antiquity.

In the beginning of the history of interpretation of Plato (until 2nd c. AD), authors tended to emphasize the aporetic character of Platonic philosophy. From the 2nd c. AD onwards, however, the attitude towards Plato was undergoing a thorough modification. The ‘Neo-Platonic’ thinkers, as the philosophers of this era are called, pay almost exclusively attention to a systematic (or systematizing) reading of Plato. In a great number of treatises and commentaries they develop a doctrine which tries to cover all possible aspects of reality. It is not surprising, then, that in this period (200-600 AD) the most important way of doing philosophy is by writing commentaries on the past masters, Plato and Aristotle. While the later is seen as subsidiary to the understanding of Plato, the works of Plato himself have acquired the status of unassailable truth, which needs to be clarified on the basis of exegetical and hermeneutical principles.

Neoplatonic commentaries are not just ‘commentaries’, or ‘secondary literature on Plato and Aristotle’, as we might understand these today. Owing to their formal aspect and genre, the innovations and originality of the commentaries have often been misjudged. It was easily assumed that they did not do much more than to reproduce the ideas of Plato and Aristotle, without any new achievement. This judgment, however, is false. Although they endorse philosophical opinions derived from Plato and Aristotle, and indeed from all periods of Greek thought, the commentaries stand as testimony to the originality of the Neoplatonic school. The commentary is the medium by which the Neoplatonists advanced their views on all philosophical and scientific disciplines. This entailed the necessity of a creative approach, forcing the authors to adjust the strategies of interpretation to the ever growing finesses of the Neoplatonic doctrine. Thus, the commentators represent a ‘missing link’ between Antiquity and the Middle Ages. They do not so much reproduce the theories of Plato and Aristotle, but rather they embody in a unique way the transformation of the entire civilisation at the beginning of the Middle Ages. They do so in the fields of philosophy, theology, and in the natural sciences.

The De Wulf–Mansion Centre has established several research projects to make Proclus’ and Damascius’ writings accessible to the modern scholarly public. Proclus’ Commentary on the Parmenides has been edited in the series “Oxford Classical Texts”. Damascius’ Commentary on the Philebus has been edited in the “Collection des Universités de France” (Les Belles Lettres, France). The completion of these new editions already has shed much needed new light on Platonic theology and Neoplatonic epistemology, and will hopefully continue to do so.

Another recently established research project is entitled ‘The methods of natural science. Late ancient philosophy of nature and the ontology of the sciences’. This research program is dedicated to late ancient philosophy of science and natural philosophy, more particular the theory of the elements and their transformations, the properties of physical bodies and their categorial analysis, the hierarchy of principles of motion and different types of indivisibility, the status of physics and the methodological as well as epistemological issues it involves. It takes shape in the form of three sub-projects: (a) Geometric atomism and the theory of elemental properties; (b) Methodology and ontology of the sciences; and (c) Neoplatonic theory of motion: a study of Proclus’ Elementatio physica.

(Text by the organizers)

Proclus Bibliography : https://hiw.kuleuven.be/dwmc/ancientphilosophy/proclus/proclusbiblio.html

Damascius Bibliography: https://hiw.kuleuven.be/dwmc/ancientphilosophy/damascius/damasciusbiblio.html

 

 

Pour accéder à la base de données « Les Platonismes de l’Antiquité Tardive » qui a été crée avec ce carnet de recherches cliquez sur http://philognose.org

Cette base de données permet de réaliser des recherches croisées entre les corpus philosophiques, gnostiques, hermétistes et chaldaïques, portant sur le vocabulaire, les doctrines et la bibliographie afférente.

Première rencontre du programme de recherche triennal Italie-France-Allemagne : « Il lato oscuro della Tarda Antichità. Marginalità e integrazione delle correnti esoteriche nella spiritualità filosofica dei secoli II-VI »

La première rencontre du programme de recherche triennal Italie-France-Allemagne intitulé « Il lato oscuro della Tarda Antichità. Marginalità e integrazione delle correnti esoteriche nella spiritualità filosofica dei secoli II-VI » sous la direction conjointe de Helmut Seng (Universität Konstanz), Chiara Ombretta Tommasi Moreschini (Università di Pisa) et moi-même (Institut d’Études Avancées de Nantes), aura lieu en octobre prochain à la Villa Vigoni, Italie. Deux autres rencontres sont prévues en 2014 et 2015.

Ce programme de recherche triennal a obtenu le financement de la Villa Vigoni, de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) et de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).

Les directeurs cités supra sont responsables respectivement des équipes allemande, italienne et française. Voici respectivement les participants de chacune de ces équipes :

  • Équipe allemande : I. Tanaseanu-Döbler, C. Helmig (Humboldt-Universität Berlin), I. Männlein-Robert (Eberhard-Karls-Universität Tübingen), R. Thiel (Institut für Altertumswissenschaften, Jena), E. Norelli (Université de Genève), O. Schelske (Eberhard-Karls-Universität Tübingen), C. Tornau (Julius-Maximilians-Universität Würzburg).
  • Équipe italienne : G. Sfameni Gasparro, M. Monaca, T. Sardella (Università di Catania), M. Facella (Università di Pisa), A. Longo (Università dell’Aquila), D. Taormina (Université Roma Tor Vergata).
  • Équipe française : J.-D. Dubois (EPHE), P. Hoffmann (EPHE), C. Macris (LEM, CNRS), A. Van den Kerchove (EPHE), A. Giavatto (Université de Nantes) et A. Timotin (Académie Roumaine).

Ces équipes sont composées de spécialistes de différentes formations — philologie antique, histoire antique, histoire des religions, philosophie antique — et méthodologies, qui comptent avec de nombreuses publications dans le domaine de l’Antiquité Tardive grecque et latine.

Ces trois équipes se consacreront ensemble à examiner comment et dans quelle mesure les courants « marginaux » — la littérature oraculaire, gnostique et hermétique mais aussi les papyrus magiques, les fragments orphiques, la littérature pythagoricienne et alchimique, les cultes à mystères — se sont articulés au sein du tissus socio-culturel de l’Empire romain et ont été appropriés ou repoussés par les courants dominants — judaïsme, christianisme et médio- et néoplatonisme.

Cette investigation sera basée sur des sources non seulement littéraires mais aussi documentaires et iconographiques (papyrus, inscriptions, monuments archéologiques, etc) et sera conduite à partir de trois thèmes connexes :

1. Controverse, identité, orthodoxie et hérésie ;

2. Hiérarchie ;

3. Textes, rituels, expériences spirituelles.

Pour le programme et l’affiche de la première rencontre cliquez ici :

Programme_Villa_Vigoni_Internet

Affiche Vigoni

Plotin et les gnostiques

 

Direction du programme : Jean-Daniel DUBOIS et Philippe HOFFMANN

 

Co-organisation: Luciana Gabriela Soares Santoprete et Anna Van den Kerchove

Le programme de recherche « Plotin et les gnostiques » s’inscrit dans ces recherches, avec comme double originalité de partir de la polémique de Plotin contre les gnostiques et d’être un lieu de formation doctorale.

 

PRESENTATION GENERALE 
Argumentaire Réunissant des spécialistes de la philosophie de l’Antiquité tardive et de la gnose, le programme a pour but de croiser leurs regards sur les traités de Plotin et des textes gnostiques afin de mieux comprendre les relations entre le philosophe égyptien et les gnostiques. Celles-ci sont de plusieurs ordres : polémique, influence, points de contact ou appartenance à une culture commune. Le point de départ est le traité 32 de Plotin, dont Luciana Gabriela Soares Santoprete, doctorante de Philippe Hoffmann, a la charge pour une traduction et un commentaire pour les éditions du Cerf. L’étude minutieuse de ce traité intitulé « Contre les gnostiques » par Porphyre, disciple de Plotin, constitue le fil conducteur de l’ensemble du programme.

Objectifs 
Les objectifs sont triples :

    • relever et analyser les points de contact entre philosophie et gnostiques, au niveau des idées,des notions et du lexique.
    • être un laboratoire pour affiner les principes méthodologiques, épistémologiques et la terminologie à employer.
  • être un lieu de rencontre et de formation doctorale. Initier et familiariser les philosophes et les gnosticisants au langage de l’autre champ disciplinaire ; élaborer une bibliographie critique et raisonnée introductive.

 

ORGANISATION 
Méthode 
Deux ou trois journées d’études sont organisées par an. Ces journées sont ouvertes : autour d’un noyau qui est identique d’une année sur l’autre, plusieurs professeurs sont invités à intervenir et / ou à participer aux journées ; elles accueillent aussi les doctorants de Jean- Daniel Dubois et de Philippe Hoffmann. L’aspect « formation doctorale » explique que leur nombre varie d’une année à l’autre et qu’il y a un certain turn-over.
La méthode de travail adoptée limite le nombre de communications par journée afin de privilégier la discussion et de mener une vraie recherche en commun, en confrontant outils et connaissances. Ceci a l’avantage de construire progressivement des liens et une certaine complicité intellectuelle entre les participants.

 

Déroulement des différentes séances 
Première année 
Les deux premières journées, les 14 janvier et 8 avril 2005, ont posé les bases du programme, du côté plotinien et du côté gnostique, notamment dans la perspective du colloque organisé par Michel Tardieu et Pierre Hadot au Collège de France les 7 et 8 juin 2005, « Thèmes et problèmes du traité 33 de Plotin contre les gnostiques ». Le 14 janvier 2005, ont ainsi eu lieu plusieurs communications introductives sur les deux volets du projet. Jean-François BALAUDE, professeur à l’Université Paris X – Nanterre, introduisit l’ensemble du programme en rappelant les principales étapes des recherches plotiniennes actuelles, avec également une mention sur l’écriture de Plotin. Cette introduction a été suivie d’une autre par Philippe HOFFMANN, directeur d’études à l’EPHE, sur la doctrine plotinienne des intelligibles. Luciana SOARES, doctorante à l’EPHE, commença la lecture des trois premiers chapitres du traité 32, en relevant les relations éventuelles avec les gnostiques, notamment à partir du témoignage d’Irénée dans l’Adversus haereses. Anna VAN DEN KERCHOVE, alors doctorante à l’EPHE, proposa une bibliographie constituée pour l’occasion et pouvant être utile au programme. Du côté gnostique, Jean-Daniel DUBOIS, directeur d’études à l’EPHE, présenta les différentes communautés existantes, en mettant l’accent sur les débats qui animent les recherches gnostiques, et exposa la manière dont s’organise le plérôme valentinien selon le témoignage d’Irénée dans Adversus haereses I 1, 1. La deuxième journée du 8 avril 2005 continua sur la même lancée. Jean-Daniel DUBOIS parla plus spécifiquement de la chute de Sophia, le dernier Éon du Plérôme. Anna VAN DEN KERCHOVE revint sur la bibliographie en présentant des comptes-rendus de plusieurs ouvrages importants. Quant à Luciana SOARES, elle continua la lecture du traité 32, en se focalisant sur les rapprochements qui pourraient être établis entre le monde intelligible plotinien et le plérôme valentinien et sur l’utilisation plotinienne du mythe hésiodique d’Ouranos, Cronos et Zeus. Elle chercha à relever les points polémiques chez Plotin.

Deuxième année 
La deuxième année du programme a été consacrée à des études moins générales, et l’attention s’est portée plus spécifiquement sur quelques passages de Plotin. Chaque journée a ainsi été consacrée à un chapitre ou un traité bien particulier. Lors de la troisième journée du 26 janvier 2006, le travail sur le traité 32 a été poursuivi et s’est focalisé sur le chapitre 5 de ce traité consacré en partie au langage. Luciana SOARES, doctorante et ATER à l’EPHE, a procédé à une analyse précise de ce chapitre en le replaçant dans le contexte de la polémique antignostique. Avec l’intervention de Michèle BROZE, professeur à l’Université Libre de Bruxelles, le débat a été ouvert sur une autre dimension, la culture égyptienne. Son intervention portait en effet sur le fonctionnement de la langue égyptienne et sur les théologies égyptiennes. Ensuite, plusieurs éclairages du chapitre 5 du traité 32 de Plotin ont été apportés à partir de textes gnostiques (par Jean-Daniel DUBOIS) et de textes hermétiques (par Anna VAN DEN KERCHOVE). Celle-ci a également poursuivi le parcours bibliographique entamé durant les deux premières journées.

Lors des deux journées suivantes, les participants du programme ont peu à peu élargi leur champ d’investigation à d’autres traités plotiniens. La quatrième journée, le 30 mars 2006, commença par une communication de Philippe SOULIER, doctorant de l’EPHE, sur les acceptions de l’apeiron chez Plotin, non seulement dans le traité 32, mais aussi dans d’autres traités. Le reste de la journée a été consacré au traité 6 de Plotin. Jean-François BALAUDE s’intéressa à la question de la culpabilité de l’âme chez Plotin et de sa descente, thème que nous retrouvons chez les gnostiques. Lucia SAUDELLI, doctorante en co-tutelle Université d’Urbino et EPHE, étudia l’utilisation que faisait Plotin dans le traité 6 du fragment 60 d’Héraclite et releva que, derrière cette utilisation, il y avait un débat, une polémique sur les différentes interprétations qui sont faites de Platon. La cinquième journée du 22 juin 2006 a davantage élargi le champ d’enquête, puisqu’elle a été entièrement consacrée au traité 10 de Plotin. Luciana SOARES releva plusieurs passages dans lesquels il était possible de déceler des points de contact, un dialogue entre Plotin et les gnostiques. Jean-Daniel DUBOIS s’est situé dans cette lignée en relevant les convergences et divergences entre Plotin et les gnostiques à partir d’une lecture du chapitre 1 du traité 10. Quant à Philippe HOFFMANN, il présenta une lecture du chapitre 10. Claudine BESSET-LAMOINE, chercheur associé à l’UMR 8584, s’intéressa à la manière dont Plotin se réfère à la culture des spectacles de ses auditeurs en parlant des images. Anna VAN DEN KERCHOVE fit quelques remarques autour du thème de l’image chez Plotin et les gnostiques. Loraine OLIVEIRA, doctorante à Rio (Brésil), se consacra à l’étude de l’exégèse plotinienne des anciens dans les chapitres 8 et 9.

L’ensemble de cette journée permit de relever un certain nombre de thèmes et de termes présentant la trace soit d’une polémique, soit d’un dialogue de Plotin avec les gnostiques.

Toutes ces journées ont mis en évidence la nécessité de regarder du côté d’autres traités plotiniens que les seuls traités qualifiés d’antignostiques. La question méthodologique pour aborder les textes plotiniens et pour parler des rapports entre Plotin et les gnostiques a été régulièrement mise sur la table et a été peu à peu affinée.

Troisième année 
Avec la troisième année, tout en continuant à aborder des traités plotiniens, des extraits gnostiques ont aussi été plus explicitement analysés. Luciana SOARES, ATER au Collège de France, a inauguré la sixième journée, le 5 avril 2007, en continuant la lecture du traité 32 de Plotin, en se consacrant cette fois au chapitre 6, sur l’incogniscibiltié du Premier. Elle évoqua à cette occasion les traités 10 et 13 et des extraits gnostiques. Jean-Daniel DUBOIS analysa la triade logos, phonê et phthoggos du texte gnostique La Pensée à la triple forme en relation avec le chapitre 2 du traité 10 de Plotin. Claudine BESSET-LAMOINE s’intéressa ensuite aux figures de style dans les traités 10, 11 et 13 de Plotin et à la manière dont ce dernier suggère des rituels qui évoquent une exploration intérieure conduisant à l’Un. La septième journée, le 7 juin 2007, fut consacrée à un seul texte, non pas plotinien, mais gnostique : Zostrien. Chiara O. TOMMASI, chercheur à l’Université de Pise, a inauguré la journée par une communication sur « Zostrianus Platonicus. Les mésaventures d’un texte gnostique chez les philosophes ». La journée s’est poursuivie avec une intervention d’Anna VAN DEN KERCHOVE sur les problèmes d’accès aux textes gnostiques et à leur contenu, le tout à partir d’une comparaison des traductions et des éditions des pages 64-67 du Zostrien par M. Tardieu et dans la BCNH. Quatrième année La quatrième année, deux journées d’études sont organisées. Le 31 janvier 2008, la parole a été donnée à des invités. Tatjana ALEKNIENE, Université de Vilnius (Lithuanie), a présenté une communication sur « La notion de l’extase mystique chez Philon d’Alexandrie et Plotin » et Stefan MARINCA, doctorant à Münster (Allemange) sur « Le non-Étant et les Étants chez les philosophes néoplatoniciens et dans le traité gnostique Zostrien ». Jean-Daniel DUBOIS a conclu la journée en revenant sur les problèmes d’interprétation du traité gnostique Zostrien. La seconde journée d’études s’est déroulée le 18 avril. Luciana SOARES a ouvert la journée en abordant les thèmes de la remontée vers l’Un et de la non attribution du nombre à l’Un dans le chapitre 4 du traité 32 de Plotin. « Notre objectif consiste à illustrer, à partir d’une lecture du Traité 32 (V, 5), 4, 1-20, de Plotin, que la nécessité de concevoir le Premier Principe en tant qu’unité pure, distincte à la fois du nombre essentiel et du nombre quantitatif, est un thème abordé à plusieurs reprises dans la tétralogie antignostique de Plotin et constitue un point de doctrine important dans son débat avec les Gnostiques. » La parole fut ensuite donnée à Annick CHARLES-SAGET qui consacra son intervention au thème de la parenté dans le cadre de la controverse de Plotin contre les gnostiques. Elle concentra son attention sur Plotin et ce qu’il de la parenté chez les gnostiques à la fin de son traité 33, avec l’usage du terme adelphoi. « Dans le Traité 33, Plotin critique toutes les constructions imaginaires des Gnostiques. Mais il est une affirmation qui lui semble quasi “délirante” : comment peut-on ignorer l’évidente beauté du monde, ne pas reconnaître, par lui, la parenté que nous avons avec le divin ? Comment peut-on se tromper sur la “parenté”, au point de s’affirmer plutôt parent d’hommes médiocres ou mauvais (phaulotatoi) ? Les premières critiques de Plotin contre les Gnostiques nous paraissaient recevables, mais, sur ce point, nous ne pouvons, aujourd’hui, être plotiniens. Pour éclairer ce paradoxe de la parenté qui nous institue frères du soleil plutôt que des hommes, nous remonterons à ce qui le fonde, le Timée sans nul doute, mais aussi à une certaine lecture de Plotin : ne pourrait-on retourner ici, contre Plotin, une critique faite aux Gnostiques, celle de négliger la différence du philosophique et de l’imaginaire ? » Michèle BROZE et Daniel COHEN ont ensuite conjointement aborder le thème du mythe. « Notre point de départ sera le méta-discours de Plotin sur le statut du mythe. En effet, il nous donne des indications méthodologiques précieuses, qui ont été mises en évidence par Lambros Couloubaritsis (Centre de Philosophie Ancienne de l’ULB), et que nous avons choisi 4 de prendre au sérieux. Nous étendrons le questionnement à Proclos, et poserons alors la question suivante : les mythes gnostiques appellent-ils également à un redressement, que signifie leur pratique du mythe ? Est-il légitime de reporter les modes de pratiques du mythe définies par Plotin et Proclos sur les textes gnostiques ? » Claudine BESSET-LAMOINE s’intéressa au thème de la matière. « Nous nous efforceront de mettre en valeur les représentations de la matière telles qu’elles nous apparaissent chez Plotin et dans le Traité Tripartite. L’enjeu majeur de ces représentations, au-delà de leurs différents modes d’écriture littéraire, concerne le processus de passage d’un univers divin étincelant de beauté à un monde contaminé par le mal et les maux qui en découlent. Enfin, nous indiquerons comment les auteurs envisagent, respectivement, les solutions susceptibles d’ouvrir les voies d’un retour vers le royaume dépourvu d’ombre. En chemin, nous signalerons parallèles et rapprochements possibles entre les deux textes. Enfin, nous demeurerons fidèles à notre approche qui consiste à regarder surtout les moyens mis en oeuvre par les auteurs en vue de la réception de leurs conceptions philosophiques et religieuses, découvrant ainsi des paysages inattendus. » La journée se termine par la communication de Philippe HOFFMANN sur la tétrade chaldaïque « Amour, vérité, foi, espérance ». Dans un premier temps, il s’agit d’une tentative de retrouver la rédaction et si possible la rédaction originelle d’un oracle chaldaïque, et ce, à travers l’étude de tous les témoignages néoplatoniciens qui sont à notre disposition. Dans le même temps, cela permet de revenir sur une hypothèse de Michel Tardieu, celle de contacts entre le milieu rédactionnel des oracles chaldaïques et les milieux rédactionnels gnostiques. Dans un second temps, Philippe Hoffmann mène une enquête sur la possibilité d’interpréter le Commentaire du De Caelo de Simplicius comme une prière. LISTE DES PARTICIPANTS Professeurs invités (intervenants et / ou participants) Darius Alekna (Université de Vilnius, Lithuanie), Tatjana Alekniène (Université de Vilnius, Lithuanie), Jean-François Balaudé (Université Parix X – Nanterre), Michèle Broze (Université Libre de Bruxelles, Belgique), Annick Charles-Saget (professeur émérite, Paris X – Nanterre), Bertrand Ham (Université d’Angers), Chiara O. Tommasi (Université de Pise, Italie), Anne- Lise Darras-Worms (Université de Rouen) Autres intervenants et participants réguliers Claudine Besset-Lamoine (chercheur associé à l’UMR 8584), Daniel Cohen (), Jean-Daniel Dubois (directeur d’études à l’EPHE), Philippe Hoffmann (directeur d’études à l’EPHE), Constantin Macris (Université de Patras, puis Université de Crète, actuellement CNRS-LEM), Stefan Marinca (Université de Münster, Allemagne), Loraine Oliveira (Université de Rio, Brésil), Lucia Saudelli (doctorante en co-tutelle Université d’Urbino – EPHE, ATER au Collège de France), Luciana Soares (doctorante, ATER à l’EPHE puis au Collège de France), Philippe Soulier (doctorant à l’EPHE), Anna Van den Kerchove (IESR) Participants occasionnels Josette Ballant, Serge Boidevaix, Madeleine Boireaux, Johanna Brankaer (Université de Louvain, Belgique), Françoise Bruley (auditrice à l’EPHE), Christian Bull (master, Bergen, Norvège) Olivier Dufault (doctorant à l’EPHE), Florian Dupasquier, Gérard Gendet, Sui Han (master EPHE), Jeanne Henry-Biadaud (auditrice à l’EPHE), Olga Kobenko (master EPHE), Alain Lernould, Sara Magrin (doctorante), Ahmed Mahieddine (auditeur à l’EPHE), Anna- Maria Pardi (doctorante à l’EPHE), Rémi Pascal (auditeur à l’EPHE), Jean Pataut (auditeur à l’EPHE), Elena Perdikouri, Flavia Ruani (master à l’EPHE), Raymonde Stehlin (auditrice à l’EPHE), Nicolas Theffo-Rémy (master à l’EPHE), Mariano Troiano (doctorant à l’EPHE), Nathalie Toye (doctorante EPHE), Sophie Van der Meeren (Université de Caen), Anca Vasiliu, Monir Yazdi (auditrice à l’EPHE).

(Text by the organizers)

La mystique théorétique et théurgique dans l’Antiquité gréco-romaine (paganismes, judaïsmes, christianismes)

 

Responsables 

Simon C. Mimouni (EPHE – LEM), Arnaud Sérandour (EPHE – LEM) et Madeleine Scopello (Paris IV-Sorbonne – UMR 8167) avec la collaboration de Constantinos Macris (CNRS – LEM / CERL)

 

Présentation générale 
Ce programme de recherche à caractère international est mis en place conjointement par l’UMR 8584 (Laboratoire d’études sur les monothéismes – Centre d’études des religions du Livre, resp. Philippe Hoffmann) et par l’UMR 8167 (Orient et Méditerranée. Mondes sémitiques, Antiquité tardive, monde byzantin, médecine grecque, Islam médiéval, resp. Christian Robin). Il possède une double direction : Simon C. Mimouni et Arnaud Sérandour pour l’EPHE et le LEM ; Madeleine Scopello pour Paris IV-Sorbonne et l’UMR 8167.

  1. Caractère scientifique et administratif du programme
    Ce programme fait suite à une journée d’études doctorales organisée par Simon C. Mimouni et Arnaud Sérandour sur « La littérature apocalyptique : entre prophétisme / messianisme et millénarisme ? » dont les travaux seront publiés en 2009 aux Editions Peeters. S.C. Mimouni-A. Sérandour et M. Scopello ont donc monté ce programme de recherche qui reposera à parité égale sur les deux unités de recherche de rattachement (direction et financement). Les conseils de laboratoire de l’UMR 8584 et de l’UMR 8167 ont accepté ce programme dans le cadre de leur quadriennal EPHE-CNRS 2010-2013. L’élément fédérateur des participants à ce projet, dans la ligne des recherches actuelles anglo-saxonnes, est le suivant : les confins, les boundaries, entre les paganismes, les judaïsmes et les christianismes, environ du IIe siècle avant notre ère au Ve siècle de notre ère, sont relativement souples, poreux – une hypothèse qui, évidemment, est à discuter.
  2. Fonctionnement du programme
    Le but de ce programme est de mener une recherche en commun, afin de profiter des spécialités de chacun pour résoudre des questions définies au départ par les initiateurs du projet, et qui seront progressivement affinées au cours des différentes rencontres de travail. C’est pourquoi on souhaite appeler des spécialistes sur un thème précis conformément à la progression définie et leur demander d’intervenir sur le sujet qu’on leur soumet, en tenant compte des problématiques communes. La méthode est certes d’une certaine façon contraignante, mais elle seule permet d’éviter les discours fermés. Par ailleurs, chaque contributeur aura à fournir son texte un mois avant son intervention afin qu’il soit remis à un répondant.

III. Progression du programme 
Au cours des quatre années du programme, après une double journée d’introduction à la fois historiographique, méthodologique et épistémologique, on posera successivement plusieurs questions, qui seront traitées lors de journées d’études ayant lieu deux fois par an.
Chaque fois, la première, celle de janvier, sera conçue plutôt comme une réunion introductive et la deuxième, celle de mai, comme une séance plénière de travail. Toutes, en principe, se dérouleront à Paris.
Ces questions se regroupent en trois ensembles tout aussi descriptifs que problématisés : un premier sur les paganismes, un deuxième sur les judaïsmes et un troisième sur les christianismes.
Chaque ensemble est placé sous la responsabilité d’un spécialiste en ces domaines de recherche : Constantin Macris pour les paganismes, Arnaud Sérandour pour les judaïsmes et Madeleine Scopello pour les christianismes.

  1. La mystique : approches historiographiques, méthodologiques et épistémologiques Lors de cette journée organisée sous la responsabilité de Simon C. Mimouni, et qui aura lieu le 16 mai 2009, quatre orientations principales seront privilégiées : celles de l’anthropologie et de la sociologie, ainsi que celles du comparatisme et de l’épistémologie. L’objet de cette journée est de parvenir à l’établissement d’une problématique commune après avoir fixé les grands axes méthodologiques, épistémologiques et terminologiques de la recherche qu’on entend mener. Cette séance plénière sera précédée d’une réunion introductive préparatoire qui aura lieu le 17 janvier 2009 sous la responsabilité de Constantin Macris (CNRS / UMR 8584), afin de tracer collectivement les grandes lignes du projet.
    2. La mystique dans les paganismes (IIe siècle avant notre ère – Ve siècle de notre ère) Organisées sous la responsabilité de Constantin Macris, deux séances plénières portant sur la mystique dans les paganismes auront lieu en janvier et en mai 2010.
    3. La mystique dans les judaïsmes (IIe siècle avant notre ère – Ve siècle de notre ère) Organisée sous la responsabilité d’Arnaud Sérandour, une séance plénière portant sur la mystique dans les judaïsmes aura lieu en mai 2011.
    4. La mystique dans les christianismes (Ier – Ve siècle) Organisée sous la responsabilité de Madeleine Scopello, une séance plénière portant sur la mystique dans les christianismes aura lieu en mai 2012.

D’ores et déjà, plus d’une trentaine de chercheurs appartenant à de très nombreuses Universités ou organismes de recherche de la France et de l’étranger, ont donné leur accord de principe pour participer à ce projet.

La publication de deux ouvrages rassemblant les travaux est envisagée à l’issue de chaque période de deux ans.

(Text by the organizers)

Le programme de recherche « Philosophie et Gnosticisme : base de données et répertoire bibliographique » vise à résoudre les problèmes épistémologiques de la recherche actuelle concernant les rapports entre les pensées plotinienne et gnostiques en réalisant une base de données et un répertoire bibliographique où seront rassemblés l’ensemble des travaux afférents, explorés systématiquement les parallèles thématiques et lexicaux entre ces pensées, analysés les principaux termes, thèmes et textes jusqu’à présent étudiés, la reprise et/ou l’originalité des arguments des spécialistes au cours de l’histoire intellectuelle et les raisons historiques de leurs approches. Ces deux instruments de travail inédits fourniront ainsi une « cartographie » de l’histoire des études sur les liens entre philosophie et gnosticisme et offriront à la communauté scientifique la possibilité de réaliser des recherches croisées entre les corpus philosophiques et gnostiques portant sur le vocabulaire, les doctrines et la bibliographie. Ils contribueront donc à faire avancer les recherches et à ouvrir également des nouvelles perspectives dans la recherche philosophique sur le débat qui animait non-chrétiens et chrétiens dans l’Antiquité. L’originalité de la méthodologie développée pour la mise en place de la base de données pourrait servir de modèle pour d’autres bases équivalentes. Pluridisciplinaire et plurilingue, cette recherche concerne un public très large : les historiens de la philosophie de l’Antiquité classique et tardive et du christianisme dans toute sa diversité.