La première édition des Journées EMAN

 

Les 28 et 29 janvier 2021, aura lieu la première édition des « Journées EMAN », plate-forme collaborative multi-modale d’Édition de Manuscrits et d’Archives Numériques. Après 5 ans d’existence, la communauté EMAN souhaite présenter à la communauté des SHS de premières réflexions et retours d’expériences consacrés à l’édition numérique de corpus.

Début 2021, EMAN fédère plus d’une quarantaine de projets d’édition numérique de corpus et plus de 200 utilisateurs, faisant interagir des bibliothécaires, ingénieurs, chercheurs et enseignants-chercheurs,doctorants, ou encore des membres de sociétés savantes désireuses de faire connaître et d’analyser des corpus inexplorés. La plate-forme exploite les potentialités du logiciel Omeka-classic en proposant des développements informatiques qui renouvellent les usages d’une bibliothèque numérique. Elle propose aujourd’hui la gestion, l’éditorialisation et la valorisation de corpus manuscrits et imprimés, de documents iconographiques et s’ouvre au traitement des données audiovisuelles. Elle accompagne enfin des étudiants et de jeunes chercheurs qui s’initient à la gestion de corpus complexes et à l’édition numérique de textes.

Ces journées seront l’occasion pour la communauté EMAN de revenir sur ses positionnements en matière d’éditorialisation numérique de documents, de traitement de corpus complexes, en invitant à interroger de manière plus générale les lignes de continuité et de résistance entre plate-forme générique et objectifs scientifiques individuels, entre recherche, édition et pédagogie.

Le programme est consultable sur le carnet de recherche de la plate-forme : Présentation des journées EMAN 2021

Pour assister à ces journées, envoyez un mail à eman@item-cnrs.fr : vous recevrez alors les codes d’accès pour vous connecter à la visioconférence.

Richard Walter

UMR7172 – Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (THALIM)

CNRS – Ecole normale supérieure – Université Sorbonne nouvelle

Thalim, Université Sorbonne nouvelle, Centre Censier

Salle 430, 13 rue Santeuil – 75005 PARIS

richard.walter@ens.fr

Thalim : www.thalim.cnrs.fr

EMAN : www.eman-archives.org

Blog : eman.hypotheses.org

(Texte de l’organisateur)

Le 5 février 2021 aura lieu le Workshop du projet Hairesis (IMPULSION IDEXLYON, https://hairesis.hypotheses.org/) porté par Madalina Dana (Univ. Lyon 3 / HiSoMA). Ce projet porte sur les écoles philosophiques antiques et leurs représentants dans les inscriptions grecques et latines (VIe s. av. J.-C. – IVe s. ap. J.-C.). Le workshop se déroulera salle Caillemer, Palais de l’Université, 1, rue de l’Université, Lyon 7 et en visio Webex. Les personnes souhaitant obtenir le lien Webex sont invitées à en faire la demande à : lauriane.locatelli@gmail.com

Programme de la matinée (9h00-12h30)

9h00-9h20      Présentation du projet (Madalina Dana)

9h20-9h40      Présentation du site internet (Lauriane Locatelli)

9h40-10h20    Pierre Vesperini, Réflexions d’un non-épigraphiste sur les apports de l’épigraphie à l’histoire de la philosophie antique

10h20-10h30  Pause

10h30-11h10  Matthias Haake, Epigraphic evidence for an Arcadian philosopher from Hellenistic Athens

11h10-11h50  Panos Christodoulou, Être philosophe épicurien à Chypre à l’époque hellénistique. Réflexions sur l’épitaphe de Python (SEG 25 : 1138)

11h50-12h30  Pierre-Louis Gatier, Platon à Gérasa

 

Après-midi (14h00-17h00)

Table-ronde avec les membres du projet

I Jornada Nacional de Humanidades Digitais

 

 

As Humanidades Digitais apoiam-se no conjunto dos paradigmas, savoir-faire, técnicas e métodos, além de saberes próprios do conjunto das disciplinas de Ciências Humanas e Sociais, Artes e Letras, mobilizando-os simultaneamente aos instrumentos e interações tão singulares do mundo digital.

Por compartilhar de características interdisciplinares, transdisciplinares e multidisciplinares, as Humanidades Digitais abordam objetos de pesquisa que permeiam diversas áreas do conhecimento anteriormente compreendido como restrito às Humanidades tradicionais através de métodos, dispositivos e perspectivas heurísticas ligadas ao digital.

Visando a troca de experiências dessa crescente comunidade de práticas, o Laboratório em Rede de Humanidades Digitais – LARHUD realizará na terça-feira, 13 de outubro de 2020, a I Jornada Nacional de Humanidades Digitais, evento 100% gratuito e virtual que será transmitido pelo seu canal no YouTube (Link: https://bit.ly/3mUTfzm).

 

PROGRAMAÇÃO

Abertura: Ricardo M. Pimenta (IBICT; PPGCI/IBICT-UFRJ)

Representante IBICT: Gustavo Saldanha (IBICT; PPGCI/IBICT-UFRJ)

 

10h-12h Mesa “Humanidades Digitais e a Ciência da Informação”

Mediação: Renan Castro (FGV; LARHUD)

Palestrantes:

Edgar Bisset Alvarez (UFSC)

Moisés Rockembach (UFRGS)

Monica Gallotti (UFRN)

Májory Karoline Miranda (UFPE)

 

14h-16h Mesa “The Programming Historian”

Mediação: Márcia Cavalcanti (USU; LARHUD)

Palestrantes:

Joshua Ortiz Baco (Programming Historian)

Daniel Alves (NOVA-FCSH; DHLab)

Jimmy Medeiros (FGV)

Luis Ferla (UNIFESP)

 

16h-18h Mesa “Interdisciplinaridade nas Humanidades Digitais”

Mediação: Ricardo M. Pimenta (IBICT; PPGCI/IBICT-UFRJ)

Palestrantes:

Leonardo Fernandes Nascimento (UFBA)

Danielle Sanches de Almeida (NOVA-FCSH; FGV)

Lucas Carvalho (UFF)

Antonio Brasil Jr. (IFCS/UFRJ)

Thiago Lima Nicodemo (UNICAMP)

 

Faça sua inscrição no Sympla: https://bit.ly/30oSnZW

Contamos com a sua presença!

Detalhes do evento:

Dia(s): 13 out, 2020

Horário: 10h00 – 18h00

Local:

Online: https://bit.ly/3mUTfzm

Inscrição:

A confirmação da inscrição é de responsabilidade do organizador do evento.

Valor: Gratuito

Período de inscrição: 10/06/2020

Site: https://bit.ly/30oSnZW

Instituição responsável: IBICT/UFRJ

Email do organizador: larhud.evento@gmail.com

Telefone de contato: (21) 2191-1901

 

(Texto dos organizadores)

I Jornada Nacional de Humanidades Digitais

 

El hermetismo y la alquimia son dos expresiones filosófico-religiosas que han convivido, haciéndose intercambios mutuos de diversa índole, en el contexto de la Antigüedad tardía. Una prueba de esto podría encontrarse fácilmente en la figura y obra de Zósimo de Panópolis, un autor egipcio de fines del siglo III y principios del siglo IV, que combina las enseñanzas de Hermes con los primeros escritos alquímicos y occidentales de los que se tenga noticia; Jámblico de Calcis, por su parte, con una propuesta contemporánea y similar, la teúrgia, sostendrá que Pitágoras, Demócrito, Platón y Eudoxo, habrían extraído su filosofía de la sabiduría egipcia; San Agustín, un testigo claro de estos sincretismos, será el que transmita los fragmentos de un texto hermético, el famoso Asclepio latino; con anterioridad, sin embargo, los escritos gnósticos de Nag Hammadi, además de legar textos explícitamente herméticos (el Discurso sobre la Ogdóada y la Enéada, la Oración de acción de gracias y el Discurso Perfecto), describirán a Hermes bajo la figura del pastor (Tratado del gran Espíritu invisible), o bien, señalarán vocabularios típicos de la alquimia –el caso de la purificación de los metales– a través de planteos  judeo-apocalípticos y platonizantes (El Alógenes); en el medioevo estos contactos se intensifican y se propagan, y un ejemplo de eso estaría en las conocidas obras de la Tabula Smaragdina, la Turba philosophorum y el Picatrix; la modernidad ubica en un lugar preferencial al dios Hermes-Thot, y desarrolla las vertientes alquímicas  (en sus versiones cristianas y no cristianas), con el abad Tritemio, Paracelso, Cornelio Agrippa, Jacobo Böhme, que influirán significativamente en personajes como Roger Bacon, Giordano Bruno, Godfried Leibniz, e Isaac Newton; en el siglo XX, podríamos mencionar como cultores y transmisores de ambas expresiones, a René Guénon, Julius Evola, Mircea Eliade, Titus Burckhardt, Carl Gustav Jung, Elémire Zolla, y en la literatura, Jorge Luis Borges, Leopoldo Marechal, Gabriel García Márquez, Umberto Eco, entre otros, como una prueba de la pervivencia de algunos motivos en el mundo contemporáneo.

(Text by the organizers)

 

STEPHANEPHORIA

Honorer les dieux, couronner un parcours

 

JOURNÉE D’ÉTUDES

offerte à Nicole Belayche

 

21 juin 2019

UNIVERSITÉ TOULOUSE – JEAN JAURÈS

Maison de la Recherche (salle D31)

 

Nomen ostendit : portées et usages des noms divins

« Nommer les dieux » n’est jamais anodin. C’est une manière de les construire et de les identifier ; une façon de donner à voir ce qu’ils sont et comment ils agissent dans le monde et sur les hommes. Nommer, c’est décrire, c’est suggérer, activer aussi dans le rituel, telle ou telle facette d’une puissance divine donnée, mais aussi mobiliser un imaginaire partagé qui renvoie à des récits, des images, des modes de perception. Étudier les noms divins permet d’accéder aux réseaux de relations entre les puissances divines, leurs modes d’action et leurs espaces, et de comprendre la complexité inhérente aux systèmes religieux, tout en dépassant le cloisonnement entre polythéismes et monothéismes. Dans la dimension méditerranéenne qui va de Rome à Jérusalem et de Carthage à Éphèse, cette table ronde vise à étudier les dénominations des dieux comme un langage donnant accès aux modes de représentation du divin, ainsi qu’aux stratégies de communication entre hommes et dieux. Chaque participante apportera un document – texte, inscription, image – pour nourrir une réflexion sur la richesse herméneutique des noms divins considérés selon des contextes historiques donnés et selon les savoirs et savoir-faire qu’ils mobilisent.

Entre lignes de partage et territoires de passage : un empire multi-religieux

Dans le traité Sur la disparition des oracles de Plutarque, le voyageur spartiate Cleombrotos représente la Méditerranée de son époque en utilisant l’image d’un cratère à vin dans lequel des mythoi et des logoi d’origines diverses et variées se sont mélangés. La suggestion de Plutarque nous permet d’évoquer l’espace multiculturel et multireligieux de l’Empire romain des premiers siècles de notre ère, où vivaient différents groupes religieux partageant les mêmes espaces. Cette table ronde vise à interroger les cohabitations, identités et conflits religieux que fait apparaître l’étude des religions de Rome et du monde romain. Chaque participante choisira un document précis – texte, inscription, image – qui nourrira une série d’interrogations sur les formes d’interaction qui se mettent en place lorsque plusieurs groupes religieux cohabitent sur un même territoire et s’efforcent, dans le même temps, de se distinguer les uns des autres, tout en subissant des influences mutuelles.

(Texte par organisateurs)

 

 

Contact : thomas.galoppin@univ-tlse2.fr

 

Inscription sur la plateforme :

http://www.sciencesconf.org

stephanephoria.sciencesconf.org

Les Sens dans l’espace sacré antique

 

Depuis une vingtaine d’années, l’étude des sens connaît un développement majeur en sciences humaines et s’inscrit dans une nouvelle dynamique de recherche intitulée « anthropologie sensorielle ». Cette approche considère les univers sensoriels comme autant d’objets d’étude qui, analysés finement dans leur contexte, cherchent à faire progresser notre connaissance de l’humain et de son environnement culturel.

La journée d’étude « Sens dans l’espace sacré antique » vise à explorer l’univers sensoriel des lieux de culte antiques – temples, sanctuaires, chapelles, tombes, … etc. – dans lesquels les hommes entraient en contact avec les dieux lors de rituels ou de cérémonies qui stimulaient les perceptions sensorielles des participants, sphères humaine et divine confondues.

Partant du postulat que tous les lieux – et donc les lieux sacrés – sont par nature des espaces poly-sensoriels, cette rencontre a pour objectif de définir, d’une part, la nature, la qualité et la part des sens dévolus ou attribués à un lieu sacré et, d’autre part, d’en évaluer la distribution spatiale, autrement dit d’interroger les liens entre le sensoriel et le bâti et sa décoration.

Il s’agira de se demander en quoi et dans quelles mesures la diffusion des sens, leur perception et leur réception facilitent les échanges entre la sphère visible et invisible dans un espace  sacré spatialement défini.

Les communications de ces journées à vocation comparatiste s’appuieront non seulement sur les sources historiques, archéologiques, architecturales, littéraires et artistiques à notre disposition, mais également sur les techniques d’archéologie expérimentale et sensorielle : études de la lumière ou de l’acoustique notamment.

Si cette rencontre considère l’Antiquité comme point de départ des investigations, elle a également pour objectif de s’ouvrir aux méthodes d’anthropologie sensorielle des périodes récentes dont les sources et les terrains rencontrent le même type de problématiques.

(Texte des organisateurs)

 

Mercredi 5 Juin 2019

13h30   Accueil des participants

14h00   Introduction (Nicole Belayche et Dorothée Elwart)

1ère session — Penser et concevoir le temple comme un espace sensoriel

Modération : N. Belayche

14h15   Pierre ZIGNANI, architecte-archéologue (CNRS, UMR 5060, IRAMAT) : Projeter l’espace dans le temple égyptien. L’enseignement du temple d’Hathor à Dendara.

14h45   Anne-Caroline RENDU LOISEL, assyriologue (Univ. de Strasbourg)

De la description à la représentation : polysensorialité de l’espace sacré dans les hymnes sumériens.

Discutante : Cécile GUILLAUME-PEY, anthropologue (CNRS, EHESS)

15h45 : Pause-Café

2ème session — Pénétrer dans l’espace sacré : perceptions et imprégnations sensorielles

Modération : S. Emerit

16h00   Alexis DEN DONCKER et Hugues TAVIER, égyptologues (Univ. de Liège) : Peindre l’odeur, purifier l’image. Usages des vernis picturaux dans les chapelles privées de la nécropole thébaine.

16h30   Adeline GRAND-CLÉMENT, helléniste (Univ. de Toulouse) : Se déchausser ou ne pas se déchausser ? Normes rituelles et expérience sensible à l’entrée des sanctuaires grecs.

Discutant : Arnaud HALLOY, anthropologue (Univ. de Nice)

 

Conférence plénière

17h45   Jaime ALVAR, romaniste (Univ. de Madrid) : L’empire des sens. L’espace sacré entre le corps et la demeure divine.

18h30   Discussions

19h00   Fin de journée

 

Jeudi 6 Juin 2019

3ème session — Sonner et résonner dans l’espace sacré : économie du son et archéo-acoustique

Modération : D. Elwart

09h15  Sibylle EMERIT, égyptologue (CNRS, HiSoMA, UMR 5189) : L’économie du son au temple de Dendara.

09h45  Olivier WARUFSEL, acousticien (IRCAM) : Graver et explorer l’espace sonore – Revue organologique pour l’analyse acoustique et l’exploration sensible du patrimoine architectural.

Discutante : Christine GUILLEBAUD, ethnomusicologue (CNRS, CREM-LESC, UMR 7186)

10h45 : Pause-Café

4ème session — Célébrer dans l’espace sacré : polysensorialité rituelle et expérience du divin

Modération : A. Grand-Clément

11h00  Dorothée ELWART, égyptologue (LabEx HASTEC, EPHE-PSL) : Les fêtes de l’ivresse en Égypte ancienne : célébrations polysensorielles en l’honneur de la déesse lointaine.

11h30  Alexandre VINCENT, romaniste (Univ. de Poitiers) : Quand les sens étendent l’espace sacré : le cas des ludi saeculares.

Discutante : Agnès KEDZIERSKA-MANZON, anthropologue (EPHE-PSL)

12h30 : Conclusions

13h00 : Fin de de la journée d’étude

Journée d’étude 14 mai 2019 : l’Au-delà dans l’Antiquité tardive, courants philosophiques et religieux païens.

 

Centre Léon Robin – Centre Jean Pépin – Labex RESMED – LEM

 

Adresse : Salle des Thèses, 15 rue de l’École de Médecine, 75006 (Sorbonne Université, Campus des Cordeliers).

Programme

Session du matin. Modération : Pierre Caye.

10h20-11h. Nicola Zito : « Mythe et eschatologie dans l’Antiquité tardive »

11h-12h. Michael Chase : « Eschatologies du corps spirituel : Porphyre et Avicenne »

12h-14h : déjeuner

 

Session de l’après-midi. Modération : Anca Vasiliu.

 

14h-14h40. Lucia Saudelli : « L’inexistence de l’au-delà : pythagorisme, néo-pythagorisme et pseudo-pythagorisme »

14h40-15h20. Anna van den Kerchove : « Le voyage de l’âme dans des écrits hermétiques »

15h20-16h00. Luc Brisson : « La descente de l’âme dans un corps et le retour vers son origine : Plotin et Porphyre »

 

16h-16h30 : pause

 

16h30-17h10. Andreea-Maria Lemnaru : « L’au-delà dans les Oracles Chaldaïques »

17h10-17h50. Dylan Burns : « Sex, Death, and Free Will in Basilides, Bardaisan, and Origen »

18h. Conclusion : Adrien Lecerf

JOURNÉE D’ETUDE
RELIGION TRADITIONNELLE ET RELIGION PHILOSOPHIQUE
Penser la relation au divin à l’époque hellénistique et impériale

 

UNIVERSITE DE LILLE, UMR 8163 SAVOIRS, TEXTES, LANGAGE

MERCREDI 5 JUIN 2019

Organisation: Rodolphe Le Penru et Giulia Scalas

Campus Pont de Bois, Villeneuve d’Ascq, Maison de la recherche

10h. Accueil

10h30-10h40. Introduction

Modératrice de la matinée : Anne-Isabelle Bouton-Touboulic (Univ. Lille)

10h40-11h30. Jordi Pià Comella (Univ. Paris 3) : « Cynisme et religion dans l’Antiquité »

11h30-12h20. Giulia Scalas (Univ. Lille) : « La physiologie du divin : le discours contre la religio chez Lucrèce et Philodème »

12h20-14h. Pause-déjeuner

Modérateur de l’après-midi : Edouard Mehl (Univ. Lille)

14h-14h50. Clara Auvray-Assayas (Univ. Rouen) : « Religio et superstitio : la réponse de Cicéron à Lucrèce »

14h50-15h40. Rodolphe Le Penru (Univ. Lille) : « Passions divines, passions humaines : la critique stoïcienne de la superstition »

15h40-16h10. Pause-café

16h10-17h. Stéphane Marchand (Univ. Paris 1) : « Le statut de la croyance religieuse dans le scepticisme ancien »

Contacts: rodolphe.le-penru@univ-lille.fr ;  giulia.scalas@univ-lille.fr

Atelier « Pseudoplatonica et écrits authentiques de Platon », 

dans le cadre du projet « Pseudopythagorica : stratégies du faire croire dans la philosophie antique ».

Conception et coordination scientifique :
Francesca Scrofani (assoc. Centre Jean Pépin, CNRS)
Marco Donato (Istituto Italiano per gli Studi Filosofici, Napoli)

 

15 mars 2019

10h – 17h

Fondation Maison des sciences de l’homme

54, Boulevard Raspail – 75006 Paris

Salle 15 (sous-sol)

 

 

Opening Lecture and Reception: Written Culture of Christian Egypt

To celebrate the opening of the new exhibit Written Culture of Christian Egypt: Coptic Manuscripts from the University of Michigan Collection, we invite you to join us for short lectures from our two guest curators, followed by an opportunity to explore the exhibit. Refreshments will be provided.

Dr. Frank Feder from the Göttingen Academy of Sciences and Humanities will discuss the reconstruction of the Coptic Bible. The Coptic translation of the Old Testament is one of the oldest Christian versions of the Greek translation of the Hebrew Bible, the Septuagint (LXX). Manuscripts with Coptic biblical texts can be dated back to the late third and early fourth century. Thus, the Coptic manuscripts are often older than the extant Greek manuscript transmission. Moreover, the earliest Coptic texts show different dialectal varieties. The extreme dispersal of the Coptic manuscripts, mainly in the nineteenth and twentieth centuries, over about 106 different collections in Europe and North America has prevented until today a complete reconstruction and edition of the Coptic Old Testament. The Göttingen Academy project created a Virtual Manuscript Room to virtually reunify the dispersed manuscripts for a digital edition on the internet.

Dr. Alin Suciu, also from the Göttingen Academy of Sciences and Humanities, will discuss the White Monastery. Only fragments and dismembered leaves have survived from the manuscripts of the White Monastery, which once possessed the most important Coptic library in Egypt. The vestiges of these manuscripts are scattered today in numerous collections all over the world. This lecture discusses the way in which the first fragments of the White Monastery manuscripts emerged from their cache in the second half of the 18th century to be integrated in Western collections. He will also show how scholars have virtually reconstructed the library in modern times, and the impact of this endeavour on our knowledge of Coptic literature.

This event is offered with support from the Department of Middle East Studies and the Kelsey Museum of Archaeology.

(Text by the organizers)