• Identifiant
    • 7u2KwOLU
  • Contenu de la note
  • Troisième suggestion : il existe un Intellect qui pense et un autre Intellect qui pense qu’il pense. Plotin évoque peut-être une autre formulation de la tripartition de l’éon Barbèlo chez les séthiens, qui ferait alors de Kaluptos un intellect qui pense, et de Protophanes, un intellect qui pense Kaluptos (voir supra la note 17). Proclus refuse lui aussi d’admettre que le fait de penser appartienne à un intellect, alors que le fait de penser qu’il pense relève d’un autre intellect (Éléments de théologie, prop. 168). Il soutient comme Plotin que chaque intellect sait qu’il pense sans pour autant se dédoubler. Proclus ne mentionne malheureusement pas le nom du philosophe qui a pu soutenir une telle doctrine. Dans son commentaire à la proposition 168 des Éléments de théologie, E. R. Dodds (p. 285-286) croit qu’il s’agit de Numénius, mais A. H. Armstrong note à juste titre que les fragments de Numénius ne permettent pas une identification certaine (p. 227, n. 1 à sa traduction du Traité 33 [II, 9]). Toute discussion sur un intellect qui intellige qu’il intellige rappelle la tradition aristotélicienne, avec son premier moteur qui se pense lui-même et qui est pensée de la pensée (Métaphysique A 7, 1072 b 18-24 ; A 9, 1074 b 33-35). Le traité De l’âme rappelle lui aussi, mais brièvement, le fait que l’intellect est capable de se penser lui-même (III, 4, 429 b 9). Alexandre d’Aphrodise s’étend longuement sur ce thème, défendant l’unité de l’intellect qui devient son propre objet d’intellection (De l’âme 86, 14-29). Plotin étudie le cas de l’intellect qui s’intellige lui-même au premier chap. du Traité 24 (V, 6). Il explique que ce qui se pense soi-même n’est pas réellement séparé de son objet, mais demeure un. Voir aussi 49 (V, 3), 6, 1-5. Notons que Plotin insiste ici sur la « conscience » que doit avoir l’intellect de ses propres activités. Postuler un intellect qui pense mais qui ne pense pas qu’il pense, c’est admettre un intellect qui agit sans être conscient de sa propre activité (voir aussi chap. 1, 43-44). L’Intellect a en effet conscience de lui-même (38 [VI, 7], 16, 19-20).

  • Remarques de l'éditeur
  • Luciana Santoprete
    • Contexte
    • Note 22 au Traité 33 (II, 9), 1, 33-36
    • Page
    • 242
  • Sources modernes
  • +
  • Sources anciennes
  • + + + + +
  • Mots-clefs français
  • + + + + + +
  • Liens
  • +
  • Appartenances
  • Traité 33 (II, 9) Extrait § 1 (L 36)