• Identifiant
    • lOSFDQ1l
  • Contenu de la note
  • Il faut ajouter enfin que, dans son exposé, Plotin a souvent en vue les gnostiques, ces hérétiques chrétiens contre qui il avait déjà mené une vive attaque dans le traité qui est le dernier de la deuxième Ennéade. Ce sont eux qui admettent le mal à l’intérieur même des êtres non sensibles, et c’est contre eux que Plotin affirme dans les deux premiers chapitres qu’il n’y a pas de mal dans les réalités intelligibles. Ce sont eux qui parlaient d’une âme mauvaise ; et contre eux, Plotin affirme que le mal est étranger à l’âme. Enfin, tandis qu’ils considéraient le mal comme contingent et périssable, Plotin démontre, dans la deuxième partie, qu’il est un élément nécessaire dans l’économie de l’univers.

  • Remarques de l'éditeur
  • Luciana Santoprete
    • Contexte
    • Notice du Traité 51 (I, 8)
    • Page
    • 112
  • Sources modernes
  • +
  • Sources anciennes
  • Mots-clefs français
  • + +
  • Liens
  • Appartenances
  • Traité 51 (I, 8) (entier)