• Identifiant
    • ARnAyeBn
  • Contenu de la note
  • Le verbe epantheîn signifie littéralement « fleurir au-dessus ». La beauté est en somme la « fleur » de l’être intelligible, pour utiliser un vocabulaire proche des Oracles chaldaïques. Ce terme correspond, bien sûr, non à une temporalité en devenir, mais à une vie surabondante et éternelle. Dire que la beauté, c’est ce qui s’épanouit revient à dire, comme le fera le Traité 38 (VI, 7) que la beauté de l’intellect vient de sa tension dynamique vers l’Un. Le Traité 43 (VI, 2) utilise à nouveau ce verbe pour décrire la beauté de l’Intellect (voir chapitre 21, 3-13).

  • Remarques de l'éditeur
  • Luciana Santoprete
    • Contexte
    • Note 166 au Traité 31 (V, 8), 10, 29-31
    • Page
    • 124
  • Sources modernes
  • +
  • Sources anciennes
  • Mots-clefs français
  • + +
  • Liens
  • Appartenances
  • Traité 31 (V, 8) Extrait § 10 (L 31) + Traité 43 (VI, 2) Extrait § 21 (L 3-13) + Traité 38 (VI, 7) (entier)