• Identifiant
    • 2AbzyHpQ
  • Contenu de la note
  • Là encore, Plotin suit et cite le Banquet, 211 c 3. Comme les pas d’une échelle ou les marches d’un escalier, la beauté corporelle permet de prendre un appui pour s’élever ; il y a donc, contre l’avis des gnostiques, une réelle beauté dans le monde sensible qui permet à l’âme une conversion vers l’être véritable. L’assise véritable, toutefois, est le monde intelligible lui-même. Reprenant cette fois le Phèdre, 254 b, Plotin dira plus loin au chapitre 6 que l’âme purifiée voit « la tempérance sur un trône (báthrōi) sacré ». L’ensemble du Traité 1 décrit cette remontée des beautés fragiles et corporelles jusqu’à la beauté solide et fondatrice.

  • Remarques de l'éditeur
  • Luciana Santoprete
    • Contexte
    • Note 11 au Traité 1 (I, 6), 1, 19-20
    • Page
    • 82
  • Sources modernes
  • +
  • Sources anciennes
  • + + +
  • Mots-clefs français
  • + + + +
  • Liens
  • Appartenances
  • Traité 1 (I, 6) Extrait § 1 (L 20)