• Identifiant
    • Idolyrab
  • Contenu de la note
  • Platon, Timée, 34 b 8. L’assimilation de l’univers à un dieu, héritée de Platon, renverse totalement la perspective : la présence de l’âme dans le monde n’est plus un châtiment ou un emprisonnement, comme dans le Phèdre ou le Phédon, mais elle est ce qui parfait l’univers et lui donne de participer au divin. Ici s’annonce donc d’ores et déjà la défense de l’univers sensible qui sera développée dans le Traité 33 (II, 9) Contre les gnostiques (ce Traité 33 n’est en fait lui-même qu’une partie d’un ensemble plus vaste allant des traités 30 à 33). Pour réfuter le mépris du monde professé par les gnostiques, Plotin, comme dans le Traité 6, réaffirme le caractère divin de l’univers : « Encore une fois ce n’est pas par le mépris du monde et des dieux qui sont en lui, et des autres choses belles que l’on devient homme de bien » (33 [II, 9] 16, 1-2).

  • Remarques de l'éditeur
  • Luciana Santoprete
    • Contexte
    • Note 14 au Traité 6 (IV, 8), 1, 40-46
    • Page
    • 254-255
  • Sources modernes
  • +
  • Sources anciennes
  • + + + +
  • Mots-clefs français
  • + + + + + +
  • Liens
  • Appartenances
  • Traité 6 (IV, 8) Extrait § 1 (L 46) + Traité 33 (II, 9) Extrait § 16 (L 2)